DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD RELATIVE A LA COMMEMORATION DU 25ème ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT DE SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MELCHIOR NDADAYE, HEROS NATIONAL DE LA  DEMOCRATIE.

 

 

Seule une lutte sans merci contre l’impunité permettra d’asseoir la culture démocratique au Burundi

 

  1. A l’occasion de la commémoration du 25ème anniversaire de l’assassinat de Son Excellence le Président Melchior NDADAYE et ses proches collaborateurs, froidement assassinés dans le coup d’Etat sanglant du 21 octobre 1993, le Parti CNDD-FDD se joint à tous les Citoyens Patriotes du Burundi pour condamner ces ennemis de la Nation qui ont concocté et mis en œuvre ce crime odieux qui a plongé le Burundi dans une crise sanglante qui a duré plus de 10 ans.

 

  1. C’est aussi une occasion de se rappeler que le 21 Octobre 1993, le Burundi a perdu son premier Président démocratiquement élu au suffrage universel direct lors de la présidentielle tenue en date du 01 Juin 1993, et malheureusement assassiné trois mois seulement après son investiture le 10 Juillet 1993.

 

  1. Ce putsch sanglant contre les institutions démocratiquement élues, a été un coup dur pour le peuple Burundais qui commençait à rêver d’un avenir radieux. Le peuple se résigna à ce sort lui jeté par l’Histoire écrite par les impérialistes depuis la période de l’Indépendance.

 

  1. Les Burundais ont compris alors que ce coup d’Etat violent a été savamment orchestré par ceux qui voulaient tuer dans l’œuf l’élan démocratique.

 

Les assassinats de leaders politiques de 1993 ont beaucoup de similitudes avec ceux de perpétrés en 1961.

 

On se souviendra toujours que le Prince Louis Rwagasore fut assassiné peu de temps après sa victoire aux élections, un crime commandité par la Belgique. Les mêmes assassins s’en sont pris aux paisibles syndicalistes de Kamenge à ce moment.

En 1965, le Premier Ministre Pierre Ngendandumwe porteur d’espoir pour le peuple  fut lâchement tué. Cette folie meurtrière s’étendit comme une trainée de poudre et a atteint le summum quand Michel Micombero renversa dans le sang la royauté en assassinant le dernier roi du Burundi Ntare V Charles Ndizeye. Ces crimes innommables de 1969, 1972 puisaient leur inspiration directement dans l’arrêt du roi Belge de 1925 qui excluait les Hutu dans l’administration des affaires de l’Etat, raison pour laquelle ces colons belges ont toujours soutenu ces régimes sanguinaires qui menaient des attaques en ordre contre de paisibles citoyens qu’ils étaient censé protéger, rappelons des massacres horribles de Ntega et Marangara en 1988 par le régime de Pierre Buyoya.

Ce soutien du colonisateur belge a transformé ces régimes discriminatoires en de vraies machines à tuer.

 

Tout comme ce scenario de 1961, en 1993, ils ont d’abord assassiné le Chef de l’Etat, puis ses plus proches collaborateurs, puis son successeur le Président Cyprien Ntaryamira qui lui aussi apportait une lueur d’espoir au peuple, ils décimèrent la population également comme ce fut le cas en 1972 et 1988.

 

  1. Le régime militaire qui dirigeait le Burundi sous le leadership du Major Pierre BUYOYA n’a jamais accepté le changement démocratiquement en respectant le résultat des urnes. Cela se confirma dans les faits avec le coup d’Etat contre le Président Sylvestre NTIBANTUNGANYA le 25 Juillet 1996, qui marque le parachèvement d’un coup d’Etat rampant. Buyoya renversa Ntibantunganya sous l’œil complice de la communauté internationale.

Tous ces crimes furent commis avec les encouragements et le soutien de la Belgique.

 

  1. Jusqu’aujourd’hui, les intentions de coup d’Etat et de mépris de la volonté populaire continuent à être encouragé par la Belgique.

 

En 2015, cette puissance coloniale a appuyé les putschistes pour renverser la volonté du peuple. La Belgique leur offre jusqu’à ce jour  le toit, et le terrain d’entrainement pour perpétrer le terrorisme au Burundi.

 

  1. Le Parti CNDD-FDD s’étonne de voir que le Major Pierre BUYOYA qui, avoue lui-même les crimes qu’il a commis à Ntega et marangara dans son livre Les Negociations InterBurundaises , La longue marche vers la paix, lui qui était le Chef de fil des torpilleurs de la démocratie, connu pour ses coup d’Etat à deux reprises, est considéré comme référence par la communauté internationale et continue à se voir offrir la tribune sans honte ni crainte dans les salons de l’Union Africaine et de l’ONU, où elles osent lui conférer des fonctions de médiateur pour d’autres pays africains en situation de conflit, au lieu de lui imposer des sanctions, comme si ce qu’il a fait au peuple Burundais était un modèle pour le reste du monde.

 

Le Parti CNDD-FDD dénonce ce comportement indigne de la communauté internationale sous l’influence de la Belgique, qui agit contrairement à toute attente en matière de gouvernance démocratique. Elle devrait se ressaisir et  lutter contre l’accession au pouvoir par force.

De tout ce qui précède, le Parti CNDD-FDD communique à la communauté nationale et internationale ce qui suit:

 

  1. Une lutte sans merci contre l’impunité est le seul salut pour tous les pays aspirant à la démocratie. Nous demandons au gouvernement de la République du Burundi de poursuivre tous les auteurs des crimes qui ont endeuillé le Burundi, afin qu’ils soient jugés.
  2. Le Parti CNDD-FDD se joint encore une fois à tous les Burundais en ce jour de commémoration du Héros de la Démocratie, Son Excellence le Président Melchior NDADAYE, et exprime une fois de plus sa sympathie envers tous les Burundais et toutes les familles qui ont perdu les leurs dans cette crise;
  3. Le Parti CNDD-FDD demande aux politiciens Burundais de se défaire de l’usage de la force pour accéder au pouvoir et d’adopter la culture démocratique en acceptant le verdict des urnes, afin de prévenir les eternels conflits post électoraux.
  4. Le Parti CNDD-FDD demande à la Justice de fournir la lumière requise dans cette affaire en vue de traduire les commanditaires en justice et bannir à jamais l’impunité. Le Parti CNDD-FDD demande aux pays qui protègent les putschistes et autres criminels burundais de les arrêter et les extrader pour que la Justice burundaise puisse faire son travail. Ils auront ainsi contribué à la lutter contre l’impunité au Burundi.
  5. Le Parti CNDD-FDD remercie vivement tous les vaillants combattants qui ont lutté pour la paix et le retour aux valeurs démocratiques au Burundi, depuis l’indépendance jusqu’à nos jours.
  6. En ce qui est des Burundais, assoiffés du pouvoir, qui se laissent entrainer par les néocolonialistes qui cherchent à anéantir l’indépendance et la dignité du peuple burundais afin d’arriver à leurs fins, le Parti CNDD-FDD les recommande de se ressaisir et joindre le train en marche vers les elections de 2020.
  7. Le Parti CNDD-FDD exprime sa préoccupation quant aux démarches dilatoires qui empêchent le peuple de continuer à vaquer à leurs activités quotidiennes. Il est étonnant de voir que l’équipe de la facilitation persiste à inviter les anciens chefs d’Etat dans ces sessions du dialogue interburundais, alors qu’aucun d’entre eux n’a été élu par le peuple pour exercer un mandat présidentiel. C’est également raviver les plaies du peuple quand la place est donnée au Major Pierre Buyoya, qui l’a fait souffrir pendant des décennies.
  8. Le Parti CNDD-FDD demande instamment au gouvernement et à la facilitation de se convenir sur les personnes qui prendront part à la session de signature de la feuille de route menant vers les élections de 2020.Le parti voudrait rappeler que les points de divergences exprimés par le peuple Burundais ont déjà trouvé solution dans la nouvelle Constitution et le Plan National de Développement, d’où cette 5ème session qui a pour objet d’étudier la mise en application de la feuille de route consensuelle vers les élections de 2020 est la dernière à l’extérieur du pays.

 

  1. Le Parti CNDD-FDD est satisfait de l’étape franchie en matière de respect des valeurs démocratiques. La Constitution du 07 juin 2018 vient concrétiser la vision des héros nationaux, le Prince Louis Rwagasore et Ndadaye Melchior.

 

  1. Comme il est de son essence de Parti Rassembleur, le CNDD-FDD s’engage une fois de plus à continuer à œuvrer pour la réconciliation des burundais retenant à cœur les valeurs issues de l’ Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation, comme il l’a fait montre depuis sa victoire en 2005.

 

Le Parti s’engage à combattre toute idéologie de discrimination, et toute voie illégale d’accéder au pouvoir.

 

Et c’est dans cette optique, que le Parti lance un appel vibrant aux politiciens qui sont à l’extérieur du pays de rentrer au bercail et participer dans la mise en application de la feuille de route vers les élections de 2020.

 

Le Parti CNDD-FDD saisit l’occasion pour exhorter le gouvernement  de continuer à demander aux pays qui hébergent les putschistes de 2015 de les remettre à la justice burundaise pour jugement. Et pour des jugements rendus, leur exécution afin que les dommages causés aux victimes de ces actes de violences soient réparés.

13. Pour terminer, le Parti CNDD-FDD réitère son engagement à marcher selon les idéaux et l’héritage du héros national de la Démocratie, et s’engage également à lutter contre les ennemis du peuple et de la paix, à combattre pour la justice sociale et le bien-être du peuple. Il exhorte les Burundais en général et les Bagumyabanga en particulier à rester soudés et engagés dans la synergie d’action pour le développement de notre chère patrie.

 

Je vous remercie

Fait à Bujumbura, le 19 Octobre 2018

Evariste Ndayishimiye

Secrétaire Général

 

 

 

 

 

 

 

Author: admin

Share This Post On
468 ad