COMMUNIQUE N° 045 /2015 DU PARTI CNDD-FDD DU 23 DECEMBRE 2015

Louis Michel et ses alliés qui soutiennent l’alternance ethnique sont ceux-là mêmes qui conseillent les propagateurs de tracts incitant au génocide d’une ethnie contre une autre dans la province Karusi, en date du 21 décembre 2015

  1. En date du 17 décembre 2015 s’est produit en Belgique un évènement jamais vu où Louis Michel en compagnie de Marguerite Barankitse ont tenu à Louvain-La-Neuve une conférence dans laquelle les deux conférenciers ont exprimé une grande douleur devant la survie du Parti CNDD-FDD et du Gouvernement qui en découle. Il n’est plus secret à personne que cet homme et ses alliés en commençant par son fils sont à l’origine de tous les problèmes que vivent les Burundais depuis belle lurette car voulant imposer au pays indépendant leurs idées fascistes et rétrogrades en passant par la création des groupes terroristes, la diabolisation tout azimut visant l’isolement du Burundi dans le concert des Nations, et tout cela dans le but de renverser les institutions démocratiquement élues pour ramener au pouvoir Pierre Buyoya et sa clique. Tous les forfaits et tous les malheurs vécus par le peuple Burundais sont à charge de ces milieux politico mafieux ci-haut cités ;
  1. Très étonnantes sont les déclarations de Louis Michel et de Marguerite Barankitse qui exprimaient en cette date du 17 décembre 2015, le grand regret devant l’échec du coup d’Etat du 13 mai 2015 qui aurait dû déboucher sur un génocide en cas de réussite comme lui et ses alliés l’avaient planifié. Les deux conférenciers ont souffert aussi du fait qu’une partie de la population, y compris les forces de défense et de sécurité ne se soient pas ralliée automatiquement aux putschistes du 13 mai 2015 et aux terroristes du 11 décembre 2015 qui ont attaqué 4 camps militaires ce qui, pour eux, seraient à l’origine de l’échec. Ils ont aussi fustigé les Nations Unies et les pays qui continuent à mieux comprendre le problème Burundais et envisager de sauvegarder les institutions démocratiquement élues et la stabilité du pays. Les lamentations ont été tellement longues qu’on ne pourrait pas les citer toutes ici. Certaines pour des raisons de politesse ne peuvent pas être reproduites dans ce communiqué ;
  1. La haine viscérale de cet homme et ses associés de vouloir renverser à tout prix les institutions démocratiquement élues pour remettre Pierre Buyoya au pouvoir   n’est en rien diffèrent de la volonté de rééditer le génocide contre le peuple Burundais. Et pour preuve, en 1988 des massacres   de grande envergure ont été exécutés par cet homme dans les communes Ntega et Marangara   n’eut été l’intervention des patriotes Burundais qui ont vite sensibilisé la Communauté Internationale, le génocide allait être consommé selon le plan de cet ancien dictateur militaire. En 1993, ce dernier a renversé les Institutions démocratiquement élues toujours sous la bénédiction de ces milieux politico mafieux belges et le Président Ndadaye Melchior et ses proches ont été assassinés sans coup férir à la suite de quoi des populations de la majorité ethnique ont été sauvagement massacrées. En 1996, des populations immenses enfermées dans des camps de regroupements mis en place par ce dictateur ont péri comme des mouches sous la contemplation des autorités Belges et personne n’a intervenu pour les sauver. Même si cela n’a pas été dit, le Parti CNDD-FDD le considère comme un cas de génocide à mettre sur la tête de Pierre Buyoya et ses alliés. Il n’est pas étonnant donc d’entendre qu’au moment où Louis Michel et Marguerite BARANKITSE criaient au génocide en cours au Burundi, ce même Buyoya leur emboîtait le pas en confirmant que le génocide allait avoir lieu. Notons que les quartiers Mutakura, Cibitoke, Jabe ,Nyakabiga et Musaga ont toujours été et demeurent les fiefs de Pierre Buyoya en rappelant   que les sans-échecs et les sans-défaites qui se sont illustrés dans la balkanisation de la ville de la Mairie de Bujumbura en quartiers de Kamenge et Kinama dits de l’autre ethnie en 1993-1994 vivaient dans lesdits quartiers.
  1. L’idée rampante de souhait de génocide toujours exprimée par les ennemis de la démocratie transparait dans les attaques du 11 décembre 2015 lorsque, à peine les attaques commencent que des voies fusent d’un certain medium et de certaines têtes à l’extérieur et à l’intérieur du pays pour dire que le génocide est en cours. Ceci explique que le génocide préalablement planifié par les terroristes et leurs maîtres allait suivre en cas de réussite de l’attaque. L’échec de l’attaque des 4 camps militaires a été ressenti comme un désastre dans l’esprit des conférenciers comme ils l’ont fait savoir à l’auditoire. Le même sentiment de souhait de génocide a été traduit par Gabriel Rufyiri dans sa correspondance à Son Excellence Kaguta Museveni lui exprimant sa volonté à voir le dialogue inter burundais aboutir à l’alternance ethnique au sommet de l’Etat car des échanges sur internet entre les pro Rufyiri et consort a mis à nu leur souci d’accepter 5 ans au pouvoir du premier groupe ethnique et 5 ans pour l’autre groupe qui immédiatement changerait toutes les lois pour ensuite opérer un génocide. Ces idées sont exactement le reflet de celle du colonisateur qui a toujours dit qu’il existe des gens nés pour gouverner et d’autres pour servir. Le Parti CNDD-FDD de son vivant et son Gouvernement combattront toujours ces idées divisionnistes et destructrices ;
  1. Au moment où le communiqué est en train d’être rédigé, une information faisant état d’une découverte des tracts appelant la population majoritaire à massacrer leurs confrères de l’ethnie minoritaire sur une personne d’ethnie tutsi dans la Province Karusi ce 21 décembre 2015. Il précise qu’il faut l’exécuter comme cela avait été fait le 11 décembre 2015. Ce qui surprend les gens est que le propagateur de ces tracts est quelqu’un de l’ethnie minoritaire incitant ceux de la majorité à massacrer ses frères. Encore une fois, cet évènement montre que ceux qui véhiculent de tels plans d’extermination massive d’une partie de la population pour le seul souci de mettre fin au pouvoir démocratiquement élu ne puisent que dans les idées de ceux qui les financent à savoir Louis Michel et ses alliés pour faire plaisir à Pierre Buyoya , Marguerite Barankitse et consort qui n’attendent désespérément que ce jour fatidique pour crier victoire ;
  1. Le Parti CNDD-FDD constate que l’idée d’alternance ethnique au sommet de l’Etat, les tracts incitant la population à se rentrer dedans dans le seul souhait de voir le génocide se réaliser, le contenu de la conférence de Louis Michel et     Marguerite Barankitse      à Louvain-La-Neuve, les alibis de génocide en cours ou en vue au Burundi pour motiver l’intervention militaire internationale dans le but de remettre Pierre Buyoya et ses acolytes sur les rênes du pouvoir ,ne visent qu’ une chose : créer un climat de tension inter ethnique, diaboliser le pays pour montrer que le pouvoir est incapable, isoler le pays de l’arène internationale, envahir le pays par une force créée de toutes pièces de l’intérieur ou de l’extérieur du pays, utiliser les forces internationales sous la bénédiction de l’ONU et renverser les institutions démocratiquement élues pour mettre au pouvoir un groupe fantoche à la solde des maitres déstabilisateurs du Burundi. En effet ceux qui veulent le désordre au Burundi se sont donné l’objectif de ne pas lui permettre d’exploiter et d’utiliser ses richesses pour pouvoir se développer. Ou c’est eux ou c’est rien ;
  1. Le Parti CNDD-FDD termine en remerciant d’abord le Peuple Burundais pour être resté uni malgré la volonté de l’ennemi à le diviser ; il lui réitère son appel à demeurer soudé car l’ennemi n’a pas encore compris que ce que Peuple veut Dieu veut. Il remercie également la bravoure des forces de défense et de sécurité qui ont montré un exemple d’unité au niveau national et international en disant non à toutes les sollicitations de division et en accomplissant avec abnégation leur mission de protéger le Peuple et ses institutions .Il dit merci enfin à l’ONU et à tous les Pays et Organisations Sous Régionales et Régionales pour être restés auprès du Burundi dans ses moments difficiles et leur exhorte de poursuivre leur soutien au Peuple Burundais dans le respect de sa souveraineté. Il n’oublie pas cependant de fustiger le comportement du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU Zeid Ra’ad Hussein qui n’a jamais cessé d’insulter les IMBONERAKURE [Ligue des Jeunes] du Parti CNDD-FDD les associant à des milices, chose qui est indigne de la part d’un responsable de ce rang dans les enceintes de la prestigieuse instance onusienne.

 

Fait à Bujumbura le 23 décembre 2015

L’Honorable Pascal NYABENDA

Président du Parti CNDD-FDD  

Author: Willy

Share This Post On
468 ad