COMMUNIQUE NO 001/2016 DU PARTI CNDD-FDD DU 05 JANVIER 2016

DEMMARAGE DE DIALOGUE INTERBURUNDAIS, VOLET EXTERNE TENU A KAMPALA EN REPUBLIQUE UGANDAISE CE 28 DECEMBRE 2015

  1. En date du 28 décembre 2015 à KAMPALA à Entebbe en Ouganda s’est réellement tenue une cérémonie d’ouverture du dialogue inter burundais sous la Facilitation Ougandaise parrainée par Son Excellence YOWERI KAGUTA Museveni, Président de la République Ougandaise ;
  1. Ont été invités à ces cérémonies des Représentants du Gouvernement Burundais, du Parti CNDD-FDD, de quelques membres de l’Opposition démocratique, de presque la totalité de l’Opposition radicale et putschiste renfermant les membres des médias, de la société civile et des confessions religieuses qui se sont illustrées de près ou de loin dans les manifestations violentes et sanglantes depuis le 26 avril 2015 au Burundi. A ceux-là s’est ajouté un nombre très important des Représentants des Corps Diplomatiques et des Organisations Internationales Non Gouvernementales sans oublier quelques organisations sous régionales et régionales ;
  1. Le Parti CNDD-FDD saisit cette opportunité pour remercier Son Excellence YOWERI KAGUTA Museveni qui, malgré les grandes sollicitations du moment liées à la campagne politique pour se faire réélire à la tête de l’Ouganda, ne s’est pas empêché de parrainer les cérémonies personnellement ;
  2. Le premier jour comporte toujours des difficultés particulières et il n’est pas facile de tout prévoir. Le Parti CNDD-FDD estime que les quelques ratés d’organisation feront objet d’échange entre la Facilitation et le Gouvernement afin de mieux cadrer le processus de dialogue inter Burundais pour une réussite sans équivoque. Il n’épargnera rien pour que ce dialogue conduise les Burundais à des résultats adaptés et durables à la situation du moment tout en évitant une réédition d’Arusha ou un Accord d’Arusha de plus. Le Parti CNDD-FDD soutient fermement que la Commission Nationale de Dialogue Inter-Burundais (CNDI) demeure le seul cadre légal à organiser, exécuter et coordonner le processus au nom du Gouvernement. La Facilitation Ougandaise ne doit ni l’écarter, ni l’ignorer car devra travailler main dans la main ;
  1. Le Parti CNDD-FDD félicite la facilitation Ougandaise d’avoir pris le taureau par les cornes en respectant le contenu de la Résolution No 2248 du Conseil de Sécurité de l’ONU, l’Accord d’Arusha et la Loi fondamentale du Pays et   en touchant du doigt le problème que la plupart des Burundais ne veulent pas désigner comme tel : « une gestion de la démocratie qui donne droit à la sécurité pour tous». Cependant, il déplore le fait d’inviter les putschistes au dialogue, ce qui est contraire à cette résolution 2248 de l’ONU. Il s’insurge également contre la mise à l’écart la Commission Nationale de Dialogue Inter-Burundais à Entebbe alors que c’est elle qui doit coordonner tout le processus au nom du Gouvernement. Toutefois, il félicite le facilitateur d’avoir écouté le souci d’alternance ethnique au sommet du pouvoir pour les uns, l’impossibilité de la minorité ethnique de revenir au pouvoir par la voie des urnes raison de passer par les putschs terroristes pour y accéder pour les autres, le souci encore de c’est eux ou c’est rien. Et voilà la difficulté est enfin bien définie et de façon précise comme si la pierre qui endommageait la houe était devenue visible ;
  1. Le Parti CNDD-FDD n’a jamais cessé de soulever cette question de savoir pourquoi toujours une tension autour des élections, avant et après, jusqu’au versement du sang des innocents. En 1961, le Prince Louis Rwagasore, Héro de l’Indépendance été assassiné avec toute sa famille au lendemain des élections. Pourquoi la Communauté Internationale a-t-elle imprimé ce mauvais départ politique au Burundi ? En 1965, le Premier Ministre Pierre Ngendandumwe , hier bras droit de Rwagasore en 1961 est à son tour assassiné pour l’empêcher de jouir de ses droits électoraux toujours sous l’instigation extérieure . Soulignons que toute une partie de la population intellectuelle majoritaire a été massacrée et éteinte. Pourquoi cela ? En 1993, Son Excellence Ndadaye Melchior, premier hutu démocratiquement élu et Héro de la Démocratie est à son tour assassiné avec une population immense massacrée sous la bénédiction de certains pays étrangers. Les rescapés de ce déchaînement sauvage et génocidaire ont été enfermés dans les centres dits « camps de concentration nazis » ou « mouroirs » où de nombreuses populations dépassant le chiffre de 500. 000 personnes ont péri comme des mouches car privés d’eau et de nourriture. En 1996, 5.000 réfugiés Burundais chassés par l’avancée du FPR –Inkotanyi dans la vallée de la Rusizi en République Démocratique du Congo (RDC) ont été tous massacrés par ce même FPR- Inkotanyi à l’entrée de la ville de Shabunda et jetés dans la rivière au tour de cette ville sous la bénédiction de Bill Clinton alors Président des Etats-Unis issu du Parti des Démocrates. S’agissait-il d’un troisième mandat ou d’autre chose ? Des coups d’Etat intempestifs ont eu lieu dans ce pauvre Pays de l’Afrique de l’Est mais la Communauté Internationale s’est tue car elle savait tout ce qui allait se passer. En 2015, un plan macabre avait été préparé par certains pays pour changer les choses comme ils le veulent et décimer ensuite la population démocratique ; Dieu seul sait jusqu’où iront ces plans sataniques contre le Peuple Burundais. Le Facilitateur et la CNDI dans le Dialogue inter-Burundais ont du pain sur la planche car ils devront permettre au Peuple Burundais de s’interroger sur ces grands événements afin de dégager le mode démocratique le mieux approprié au Burundi ;
  1. Le Parti CNDD-FDD croit que le moment est venu pour le Peuple Burundais de se pencher encore une fois sur sa propre histoire bien que peu reluisante et parler de toutes ces péripéties à tête reposée et sans animosité aucune tout le temps qu’il sera nécessaire de prendre. Pousser les gens jusqu’à ne plus avoir peur de la démocratie n’est pas du gâteau surtout quand il faut les rassurer et leur donner des garanties. Ce n’est pas une rencontre entre une cinquantaine d’individus qu’une réponse viable peut être trouvée. Son Excellence YOWERI KAGUTA Museveni a accepté d’accomplir une noble mission qui va lui demander sagesse et perspicacité. Sans nul doute, le Parti CNDD-FDD lui réitère son soutien dans ce dialogue, volet extérieur ; il demeure convaincu qu’en travaillant de concert avec la CNDI ils pourront réussir l’inclusivité demandée et aboutir à des résultats démocratiquement souhaités par tout le Peuple Burundais. Bon courage et Meilleurs Vœux de Nouvel An.

 

Fait à Bujumbura, le 05 janvier 2016

Honorable Pascal Nyabenda,

Président du Parti CNDD-FDD

Author: Willy

Share This Post On
468 ad