Lancement des travaux de construction de la permanence provinciale du parti CNDD-FDD à Kayanza

12888749_1723762191173396_6980513675241173893_oCe samedi 19 mars 2016, au chef lieu de la province Kayanza, c’est là où, avaient rendez-vous tous les Bagumyabanga natifs de cette province. Kayanza compte neuf communes, et toutes ces communes ont des permanences fonctionnelles depuis plusieurs jours hormis le chef lieu.

On peut se demander pourquoi, le chef-lieu est le dernier à se doter d’une permanence. La réponse est que le plan conçu selon le souhait des Bagumyabanga nécessite beaucoup de moyens financiers. Le devis exige un milliard de francs burundais (1.000.000.000 Frs Bu), pour achever cette construction comme prévu, c’est ce qu’a déclaré le président du parti CNDD-FDD en province kayanza dans son discours d’accueil. « Cela fait une année, qu’on se prépare dit-il avant d’ajouter que c’est grâce à plusieurs promesses faites notamment par les opérateurs économiques, les fonctionnaires de l’Etat et autres que nous nous sommes résolus à lancer ces travaux. Le délai d’exécution est d’une année maximum », a laissé entendre le numéro un du parti au pouvoir en province de Kayanza, tout en exprimant son optimiste que l’inauguration de ce bâtiment de deux niveaux peut avoir lieu dans une année si rien ne change.

Le commissaire général chargé de la communication et l’encadrement des sections œuvrant à l’étranger, prenant la parole en tant qu’envoyée de la représentation légale du parti CNDD-FDD, l’honorable Evelyne Butoyi, félicite les Bagumyabanga natifs de cette contrée, pour le courage et le patriotisme dont ils ont fait preuve avant, pendant et après les élections, malgré les intimidations auxquelles, ils ont dû faire face. La sénatrice Evelyne Butoyi précise que le but de son déplacement et d’exprimer la joie de la représentation légale du parti vainqueur des élections de 2015 car, cette maison permettra la consolidation du parti dans cette province, ce qui garantit une autre victoire en 2020, fait valoir la sénatrice Evelyne Butoyi.

« Votre bravoure, ne se traduit pas seulement par la construction des permanences de notre parti » poursuit l’élue de la circonscription de Bujumbura. « Vous l’avez démontrée, vers la fin de l’année 2015, en anéantissant l’ennemi de la paix et la démocratie en provenance du Rwanda qui s’était infiltré en passant par la commune de Kabarore. Soyez toujours vigilants comme vous l’avez été, car l’ennemi ne dort pas », martèle l’honorable Butoyi Evelyne, d’où, selon elle, l’échange permanent d’information s’avère impératif pour freiner ce mouvement de violences.

Parlant des élections de 2015, la sénatrice Evelyne Butoyi laisse entendre que dans cette province les élections se sont bien déroulées malgré les intimidations et autres plans de déstabilisation du pays qu’échafaudaient les ennemis de la démocratie. Il s’agit selon la sénatrice Butoyi, d’un signe très éloquent continue t-elle, prouvant à suffisance que la majorité des Burundais est convaincue que la seule voie pour accéder au pouvoir n’est autre que les urnes. «Le peuple burundais de bonne foi a élu ses représentants qui sont à l’œuvre aujourd’hui », annonce Mme Evelyne Butoyi, et c’est pour cette raison que les Bagumyabanga natifs de Kayanza et membres d’autres partis ayant la même conviction ne se sont pas joints aux insurgés qui cherchaient à étouffer dans l’œuf les élections de 2015.

S’exprimant sur les rapports entre le Burundi et le reste du monde, la sénatrice Butoyi Evelyne affirme qu’hormis son voisin du nord qu’est le Rwanda qui cherche toujours à le déstabiliser, le Burundi est en bons termes avec le reste du monde. Elle tranquillise en disant que la suspension des aides décidée par l’Union Européenne ne marque pas l’arrêt du fonctionnement du gouvernement et la vie des Burundais. Elle demande par contre, aux Burundais en général et aux Bagumyabanga en particulier de redoubler d’efforts et ne plus compter sur ces aides et la vie continuera sans quémander. Le fait que les grands de ce monde fasse la navette des Etats-Unis à Bujumbura, de l’Europe à Bujumbura etc.. est un signe qui prouve que la paix règne au Burundi et donc, que ce dernier est fréquentable.

S’agissant du pas déjà franchi dans la mise en œuvre du prescrit des Accords d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation, l’Honorable Evelyne Butoyi, fait savoir que la Commission Nationale du Dialogue Inter-Burundais (CNDI), a déjà fait le tour de toutes les provinces du Burundi et que le dialogue se poursuit avant de rappeler que les travaux de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) viennent d’être lancés par Son Excellence le président de la République du Burundi Pierre Nkurunziza dans cette même province. Elle tranquillise en précisant que les tenants et les aboutissants de ces travaux ne sont autres que la connaissance de la vérité, la réconciliation entre burundais et la réécriture de notre histoire.

En guise de péroraison, la sénatrice Evelyne Butoyi laisse entendre que prendre l’initiative de construire la permanence du parti est une chose, la construire et l’inaugurer est une autre. D’où, poursuit-elle, tout dépendra de la volonté et du sacrifice des Bagumyabanga natifs de Kayanza, soit en participant aux travaux communautaires de développement, soit en contribuant financièrement etc.. Pour que la représentation légale apporte sa contribution, cela dépendra de la volonté manifestée par les Bagumyabanga natifs de Kayanza et le pas franchi dans cette initiative.

Le député Gélase Ndabirabe prenant la parole en tant qu’élu dans cette circonscription, membre du Conseil des sages et Porte-parole du parti CNDD-FDD, il abonde presque dans le même sens que la sénatrice Evelyne Butoyi, en tranquillisant les Burundais en général et les Bagumyabanga en particulier. « La suspension des aides directes décidée par les pays de l’Union Européenne ne changera rien » dit-il. Avant de rappeler qu’en 2012, ces mêmes pays avaient promis une aide de plus de deux milliards de dollars américains et qu’à ce jour, ils n’ont même pas donné au moins 30% de ce montant et le pays a survécu sans cette aide. La solution qu’il préconise est de travailler. Le député Gélase Ndabirabe fait également remarquer que les Burundais ont besoin de connaitre la vérité. La génération des années qui ont suivi l’indépendance ne sait pas les circonstances dans lesquelles sont morts les enfants de Rwagasore Louis, Héros de l’indépendance; D’où, le démarrage rapide des travaux de la CVR, est selon lui plus qu’une urgence.

En marge de cet évènement, les Bagumyabanga venus de plusieurs coins de la province de Kayanza et ailleurs se sont joints à la population de Kayanza pour une marche de soutien pour la paix. Une marche organisée sur toute l’étendue du pays pour plusieurs raisons : Rendre hommage aux chefs d’Etat Africains pour avoir pris une décision honnête en exprimant leur détermination à défendre la souveraineté d’un pays africain, au conseil de sécurité des Nations-Unies et la délégation de haut niveau de l’Union Africaine conduite par le président sud africain S.E Jacob Zuma, pour la peine qu’ils se sont donnés en se rendant sur terrain au Burundi, pour constater la réalité et pour décrier le Rwanda et son président Paul Kagame qui héberge, arme et entraine sur son sol les terroristes qui sèment la mort et la désolation au Burundi.

Author: Willy

Share This Post On
468 ad