Marche du peuple burundais pour soutenir les forces de défense et de sécurité.

8375685-13132474-v=1444594563Des burundais s’insurgent contre des sanctions injustes de l’Union Européenne à l’encontre des membres des forces de défense et de la sécurité.

Samedi 10 octobre 2015 : Le peuple Burundais a organisé une marche de la paix dans toutes les provinces du pays en vue de manifester son soutien indéfectible aux forces de défense et de sécurité qui se donnent corps et âme  pour restaurer la sécurité perturbée ces derniers jours par des ennemis de la paix et de la démocratie.

Cette marche a eu lieu dans toutes les provinces du pays. En mairie de Bujumbura, la marée humaine qui avait rendez-vous au palais des arts, ils sont ensuite passé à l’ambassade du royaume de Belgique et au siège de l’Union Européenne pour un cout sit-in afin d’exprimer son ras-le-bol, en condamnant  les sanctions injustes et injustifiées prises  à l’encontre des hauts gradés de la police Nationale du Burundi.

Sur les pancartes de ces burundais en marche on pouvait lire : « Non au néo-colonialisme », « Où avez-vous mis  le  Président Melchior Ndandaye, notre héros de la démocratie ? », « Où avez-vous mis Paul Mirerekano, haut cadre et sage politique du Burundi ? » etc.

Il s’agissait en somme d’une façon que le peuple burundais a choisi pour exprimer sa satisfaction vis-à-vis du travail accompli par les forces de défense et de sécurité dans la lutte contre la violence, le banditisme et le terrorisme qui avaient élu domicile dans certains quartiers de la mairie de Bujumbura depuis le 26 avril 2015.

Dans le mot de circonstance, l’assistant du ministre de l’intérieur Thérence Ntahiraja a exprimé la désapprobation  du peuple Burundais  face à  la violence prêchée par certains opposants radicaux et certains activistes de la société civile qui apparemment souhaitent voir le Burundi replonger dans la guerre fratricide.   « Le peuple Burundais se dit contre ces mesures injustes prises par l’Union Européenne et demande à ce que cette organisation revienne sur sa décision et  arrête tous les fugitifs  qu’elle héberge y compris ceux qui ont tenté de renverser des institutions démocratiquement élus  et de les juger à défaut de  les extrader au Burundi » a martelé Thérence Ntahiraja.

Signalons en terminant que l’évènement s’est déroulé dans les quatres coins du Burundi et a vu la participation des hautes autorités de ce pays, le président de la chambre basse  Honorable  Pascal Nyabenda s’est  joint à la population de la province Muramvya et celui  de la chambre haute Honorable Révérien Ndikuriyo était en province Kirundo.

Author: Willy

Share This Post On
468 ad